Sites
remarquables

The Chatillonnais hides numerous treasures, like the famous Vix Vase. Ancient sites and castles, churches and abbeys will speak to you through their stones !
36
results
from
Le parc du château de Montigny-sur-Aube

Comme toute demeure aristocratique le château de Montigny-sur-Aube s’est doté au XIXe d’un superbe verger-potager de 5244m2 clos de murs – véritable jardin vivrier – où plusieurs centaines de variétés fruitières, en espaliers aux formes diverses ou en contre-espaliers, couvrent de façon savante tous les murs de 3,60m de hauteur et les arceaux en ferronnerie. Au centre d’une croix d’allées se dressent le bassin du jardinier et sa belle fontaine Renaissance et devant le jardin des mellifères un superbe rucher de style XIXe où s’affairent les abeilles pollinisatrices des lieux. Quant aux jardins de légumes vous y découvrirez, en saison, plus d’une centaine de variétés de tomates en tipi au milieu de carrés d’œillets d’inde, dans le jardin des châssis toute une collection de plantes aromatiques qui approvisionnent la cuisine de la ferme-auberge de saveurs incomparables. Quant aux jardins des fruits rouges, au milieu des pruniers quart-de-tige, vous y découvrez muriers, framboisiers bien domptés dans leur casier de ferronnerie. Tout un savoir-faire du XIXe que l’équipe des jardiniers tente de perpétuer avec passion et expertise et qui vous est conté, au fil de votre visite, grâce à l’audioguide. Même une maquette située à l’arrière du rucher vous en expose les principes. A certaines périodes ce lieu unique est aussi celui de la formation de la taille et de la greffe fruitière ou du bouturage destinée au grand public (sur inscription). Un lieu d’exception pour une expérience inoubliable labellisé Vignobles et Découvertes et Bienvenue à la ferme

Notre chef vous proposera son « Coffret Fraîcheur » élaboré à partir de nos récoltes de fruits et légumes, son « dessert du Jour » et ses sorbets, en terrasse ou dans l'orangerie dans le respect des gestes barrières en vigueur. A commander avant votre venue sur www.chateaudemontigny.com « Préparez votre visite ».

Les vergers-potagers du château de Montigny-sur-Aube

Comme toute demeure aristocratique le château de Montigny-sur-Aube s’est doté au XIXe d’un superbe verger-potager, label "Jardin Remarquable" de 5244m2 clos de murs – véritable jardin vivrier – où plusieurs centaines de variétés fruitières, en espaliers aux formes diverses ou en contre-espaliers, couvrent de façon savante tous les murs de 3,60m de hauteur et les arceaux en ferronnerie. Au centre d’une croix d’allées se dressent le bassin du jardinier et sa belle fontaine Renaissance et devant le jardin des mellifères un superbe rucher de style XIXe où s’affairent les abeilles pollinisatrices des lieux. Quant aux jardins de légumes vous y découvrirez, en saison, plus d’une centaine de variétés de tomates en tipi au milieu de carrés d’œillets d’inde, dans le jardin des châssis toute une collection de plantes aromatiques qui approvisionnent la cuisine de la ferme-auberge de saveurs incomparables. Quant aux jardins des fruits rouges, au milieu des pruniers quart-de-tige, vous y découvrez muriers, framboisiers bien domptés dans leur casier de ferronnerie. Tout un savoir-faire du XIXe que l’équipe des jardiniers tente de perpétuer avec passion et expertise et qui vous est conté, au fil de votre visite, grâce à l’audioguide. Même une maquette située à l’arrière du rucher vous en expose les principes.
A certaines périodes ce lieu unique est aussi celui de la formation de la taille et de la greffe fruitière ou du bouturage destinée au grand public (sur inscription www.chateaudemontigny.com "Préparez votre visite").
Un lieu d’exception pour une expérience inoubliable labellisé Vignobles et Découvertes et Bienvenue à la ferme
Notre ferme-auberge « A LA TABLE DES JARDINIERS », réservée à nos visiteurs, est ouverte à partir de 12h, du mercredi au dimanche inclus. Notre chef propose aux visiteurs son "Coffret Fraîcheur" élaboré à partir de nos récoltes de fruits et légumes, son « dessert du Jour » et ses sorbets, en terrasse ou dans l'orangerie dans le respect des gestes barrières en vigueur à commander sur www.chateaudemontigny.com
« Préparez votre visite ».

Oeuvre du lavoir d'Aignay-le-Duc

Le lavoir de la Margelle est construit en 1862 en couvertures de lave. Sa voûte en arc en plein cintre abrite un remarquable toit en ardoises de pierre, et la piscine rectangulaire est dotée de plaques de lavage sur trois côtés. L'eau s'écoule par un canal en pierre jusqu'à un petit abreuvoir circulaire.
Une petite maison mitoyenne connue sous le nom de “maison du tanneur” complète le site qui forme un ensemble particulièrement homogène, typique de l'architecture de cette partie de la Bourgogne.
L’œuvre, réalisée par Henri Alekan, ingénieur éclairagiste cinéma de renom, en collaboration avec Patrick Rimoux, sculpteur de lumière, porte sur l’éclairage de l’ensemble et s'inscrit dans le Circuit des Lumières.
Les deux bâtiments sont reliés par un sentier lumineux encastré dans le sol. Des projecteurs de lumière blanche sont dirigés sur les surfaces de toiture en ardoise ou placés à l’intérieur du lavoir, dans les niches et les piscines, soulignant ainsi la présence de l’eau.
Baptisé "Chemin de lumière", l’œuvre est inaugurée en 1993.

Oeuvre du lavoir de Baigneux-les-Juifs

Ce lavoir à impluvium a été construit en 1872.
Invité en tant que peintre, et auteur de compositions murales abstraites, Ernst Caramelle désire valoriser une spécificité fonctionnelle du lieu. Pour lui, la fragilité des supports et des techniques utilisées est toujours soulignée. L'économie des moyens utilisés donne à son œuvre un radicalisme qui est renforcé par un intérêt pour les formes éphémères de spectacle et d'insaisissabilité.
L’œuvre ''Rideau de pluie'' est inaugurée en 1999.
De micro-tuyaux ont été installés sur le toit tout autour du bâtiment. En pénétrant dans le lavoir, il suffit d’actionner un interrupteur pour faire apparaître un rideau d’eau de pluie ruisselant le long des autre pentes du toit jusqu’au bassin. Cet écran demeure le temps que la programmation mécanique se déroule. Cette œuvre, sous l’apparence d’un plan immatériel et transparent, occupe une place privilégiée dans le travail créatif d’Ernst Caramelle, entrant en résonance avec l’ensemble de son œuvre picturale.

Oeuvre du lavoir de Bure-les-Templiers

Datant de 1841, le lavoir de Bure-les-Templiers est caractérisé par son intérieur austère dû à la forme rectangulaire du bâtiment et à son apparence élémentaire et simple. Le lavoir de Romprey quant à lui est construit en 1847, situé à l’entrée de la commune en venant de Grancey-le-Château.

En 1996, l'artiste Liam Gillick initie l’œuvre ''Portes et bruits de fontaines".
Il s'intéresse dans un premier temps aux deux portes du lavoir, l’une ouvrant sur la rue et l’autre sur un jardin. Elles sont réalisées en acier, avec des ouvertures courbées d'inspiration naturelle. Ces formes irrégulières et de tailles diverses semblent ainsi auto-générantes, habillées d'un Plexiglas bleu au levant et jaune au couchant. Ces deux couleurs ont ensuite été reprises pour les fenêtres, unifiées sur la base du châssis métallique de l'une.
Le lavoir indique ainsi sa position topographique par rapport à l'organisation du village.

En 2000, Gillick propose également de faire entendre le son enregistré en direct de plusieurs fontaines du village, en actionnant différents commutateurs. Il élabore une installation composée d’un tableau équipé d’interrupteurs et de haut-parleurs située dans le lavoir du centre-bourg, permettant ainsi aux visiteurs d’entendre les conversations et les bruits de l’eau.

Oeuvre du lavoir de Recey-sur-Ource

Le bâtiment en couverture de laves datant du milieu du XIXe siècle illustre tout l’investissement au cours du temps pour maîtriser la gestion de l’eau au moyen de réseaux de captage et de distribution pour les points d’eau du village.
A l’occasion de la restauration du lavoir, les habitants et membres du conseil municipal décident de revaloriser l’intérieur.
La création de l’œuvre est confiée à Peter Halley.
Sur le mur nord du lavoir est accroché un relief d’un gris métallique en fibre de verre. Son dessin évoque un plan d’habitation, ou un fragment de ville.
L’œuvre entre en résonance avec le lieu. Son titre “Asphalt Cell n°3” fait référence à l’emprisonnement urbain. Les flux de circulation des eaux sont ainsi mis en relation avec les systèmes de communication des sociétés contemporaines.

Vous venez d'ajouter cet élément à votre sélection. Vous pouvez ainsi préparer votre futur séjour dans le Châtillonnais.

Cliquez sur Ma sélection pour retrouver tous les éléments que vous avez sélectionnés.

Sur cette page, vous pourrez exporter votre sélection au format PDF, pour emporter avec vous toutes les informations pratiques sur vos activités et visites.